LES MODÈLES DIESEL MERCEDES IMPACTÉS

A Class (2009-2019), B Class (2009-2019), C Class (2009-2019), CLA (2009-2019), CITAN (2009-2019), CLS Class (2009-2019), E Class (2009-2019), G Class (2009-2019), GLA (2009-2019), GLC (2009-2019), GLE (2009-2019), GLK (2009-2019), GLS 350D (2009-2019), M Class (2009-2019), ML (2009-2019), S Class (2009-2019), SLK (2009-2019), SPRINTER (2009-2019), V Class (2009-2019), VITO (2009-2019)

Cette liste pourra être mise à jour car les investigations de la Fondation sont toujours en cours.

QUI PEUT PRENDRE PART À L'ACTION?

Vous pouvez rejoindre notre action si vous êtes propriétaire individuel, locataire ou propriétaire de flotte de la plupart des modèles diesels Mercedes conformes aux normes anti-pollution Euro 5 ou Euro 6 construits pendant la période entre le 1er janvier 2009 et la fin 2019.

Pour prendre part à l’action, il n’est pas nécessaire que vous possédiez ou louiez encore votre voiture.

ÊTES-VOUS ÉLIGIBLE À UNE COMPENSATION ?

Informations sur le Véhicule

Format VIN invalide
Où puis-je trouver mon VIN (numéro de châssis) ?

Informations Personnelles

Veuillez entrez une adresse mail valide
Veuillez entrez une adresse mail valide

Entrez vos adresse e-mail pour être informé de l’avancée de nos démarches et de la réclamation. Lire notre Politique de confidentialité

L'AFFAIRE MERCEDES

Entre 2009 et 2019 environ, Mercedes a installé un logiciel de fraude dans des millions de voitures diesel à travers le monde. Une grande partie du parc diesel de Mercedes homologué selon la norme Euro 5 ou Euro 6 a fait l’objet d’un rappel. Le but de ce logiciel de falsification était de détecter les tests d’émissions en laboratoire et/ou de réduire l’utilisation d’AdBlue. Lorsque les conditions normalisées des tests d’émissions étaient réunies, le logiciel falsifié permettait aux véhicules de maximiser l’efficacité de la technologie de réduction des émissions, y compris le dosage de l’AdBlue et les soupapes de recirculation des gaz du moteur, afin de respecter faussement les limites d’émissions de NOx fixées par les normes d’émissions Euro 5 et Euro 6.

Lorsque ces voitures ont pris la route, elles dépassaient largement les limites légales d’émissions de NOx. Cela a été fait pour réduire les coûts d’entretien, pour étirer les remplissages d’AdBlue aux intervalles de service standard et pour rendre les véhicules plus compétitifs sur le marché. Outre l’impact sur votre portefeuille, cela a pu avoir des effets néfastes sur votre santé et sur l’environnement.

Mercedes a induit les consommateurs en erreur et doit être tenue responsable de ses actes.

La réaction de Mercedes

À l’été 2017, Mercedes a volontairement soumis 3 millions de véhicules diesel européens à un rappel, qui comprenait presque tous les véhicules Euro 5 et Euro 6 de Mercedes. À l’été 2018, l’autorité fédérale allemande des transports motorisés (« KBA ») – l’équivalent du RDW néerlandais – a imposé les deux premiers rappels obligatoires couvrant plus de 684 000 véhicules, dont les modèles Mercedes Vito, Classe C, Classe E et Sprinter.

Ces rappels ont été suivis en 2019 par un certain nombre d’autres rappels (obligatoires) couvrant plus de 300 000 véhicules, y compris le Sprinter et le modèle SUV GLK. Plusieurs rappels ont également suivi en 2020, 2022 et 2023 en Europe, y compris aux Pays-Bas.

À l’automne 2019, le procureur allemand de Stuttgart a infligé une amende de 870 millions d’euros à Mercedes, le constructeur ayant reconnu avoir été négligent dans ses processus d’inspection, ce qui a entraîné des violations de la norme sur les émissions. Mercedes n’a pas fait appel de cette amende.

Malgré cela, Mercedes refuse d’assumer sa responsabilité et donc de dire la vérité. Mercedes fait maintenant l’objet de plusieurs recours collectifs aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Que faisons-nous

Les propriétaires de voitures ne disposent pas des ressources nécessaires pour demander des comptes à de grandes entreprises internationales comme Mercedes. Par conséquent, les grandes entreprises s’en tirent souvent à bon compte et ce sont leurs clients qui en subissent les conséquences. En effet, les actions illégales de Mercedes ont entraîné une baisse de la valeur des ventes sur le marché de l’occasion, une augmentation des coûts d’entretien et des désagréments pour les utilisateurs, car le réservoir d’AdBlue doit être rempli tous les 13 000-14 000 km, au lieu de 30 000 km (lors de l’entretien).

Grâce à la législation néerlandaise sur les actions collectives, Emissions Justice peut représenter toutes les victimes aux Pays-Bas afin d’engager la responsabilité de Mercedes et des parties concernées.

Emissions Justice a déjà engagé des poursuites contre cinq grandes entreprises automobiles. Ce faisant, Emissions Justice a acquis une grande expérience en matière de traçage des dispositifs de manipulation illégaux et d’identification des véhicules concernés. Par exemple, Emissions Justice est en contact étroit avec un expert informatique de premier plan qui a déjà révélé le fonctionnement de leur logiciel de manipulation chez plusieurs marques, à savoir Volkswagen, Fiat et Mercedes. Emissions Justice est actuellement la seule organisation de défense néerlandaise à disposer de cette expertise (technique) en interne. Cela permet à Emissions Justice de faire la différence. Il s’agit donc de la partie la plus apte à représenter vos intérêts.

INFORMATIONS SUR LA PROCÉDURE

Emissions Justice a entamé une procédure contre Mercedes et les concessionnaires Mercedes néerlandais officiels le 30 juillet 2020. La procédure est pendante devant le tribunal de district d’Amsterdam et enregistrée sous le numéro d’affaire C/13/686493 / HA ZA 20-69. Les défendeurs dans cette procédure sont Mercedes-Benz AG (anciennement Daimler AG), Mercedes-Benz Nederland B.V. (anciennement Mercedes-Benz Vans Nederland B.V. et Mercedes-Benz Cars Nederland B.V.) et 20 concessionnaires automobiles néerlandais. Une liste de tous les concessionnaires automobiles concernés par ces procédures peut être consultée ici.

STATUT ACTUEL

A hearing took place on 24 May 2023 in which Emissions Justice’s admissibility and applicable law were addressed. The decision is expected on 13 December 2023.

DÉROULEMENT DE LA PROCÉDURE

  • Le 31 juillet 2020, Emissions Justice a signifié une assignation aux défendeurs, Mercedes (anciennement : Daimler A.G.), Mercedes-Benz Nederland B.V. l’importateur néerlandais de voitures Mercedes (anciennement : Mercedes-Benz Vans Nederland B.V. et Mercedes-Benz Cars Nederland B.V.) et un certain nombre de concessionnaires officiels Mercedes néerlandais.
  • Le 21 août 2020, Stichting Car Claim, une autre fondation qui représente les intérêts des victimes du scandale des émissions diesel, a demandé au tribunal de district d’Amsterdam de prolonger la période de trois mois pendant laquelle d’autres organisations peuvent entamer leur propre action concernant la même affaire afin de se porter candidates à la position de représentant exclusif. Par décision du 30 septembre 2020, le tribunal a prolongé ce délai de deux mois pour Car Claim.
  • Le 30 septembre 2020, les défendeurs ont comparu dans la procédure devant le tribunal de district d’Amsterdam.
  • Le 30 décembre 2020, tant Car Claim que Stichting Emission Claim, une autre fondation, ont également assigné Mercedes et, dans le cas de Car Claim, également les concessionnaires automobiles.
  • Le 21 avril 2021, le tribunal a adopté l’ordonnance de procédure. L’ordonnance de procédure peut être consultée ici. La première phase de la procédure portera sur la compétence du tribunal d’Amsterdam et l’applicabilité du régime d’action collective de la WAMCA.
  • Le 11 août 2021, les défendeurs ont déposé leurs mémoires en défense concernant la compétence du tribunal d’Amsterdam et l’applicabilité du régime d’action collective de la WAMCA.
  • Le 25 mars 2022, une audience des parties a eu lieu. L’audience a porté sur la compétence du tribunal d’Amsterdam et l’applicabilité du régime d’action collective de la WAMCA.
  • Le 22 juin 2022, le tribunal de district d’Amsterdam a statué sur sa compétence et l’applicabilité de la WAMCA. Le jugement peut être consulté ici. En résumé, le tribunal a estimé qu’il était compétent pour entendre les plaintes au nom des propriétaires de voitures néerlandais, mais pas pour les autres résidents de l’UE qui ont acheté leur voiture à un concessionnaire non néerlandais. Le tribunal a également estimé que le régime d’action collective de la WAMCA n’était pas applicable. En outre, le tribunal a jugé que Stichting Emission Claim était irrecevable.
  • Le tribunal a également décidé que la WAMCA, la nouvelle loi sur les actions collectives, ne s’appliquait pas. Emissions Justice n’est pas d’accord avec cette décision du tribunal. Emissions Justice n’a toutefois pas fait appel de la décision relative à la WAMCA ni de la décision relative à la compétence. Cela signifie qu’en l’état actuel des choses, Emissions Justice ne peut pas réclamer de dommages-intérêts dans cette procédure. De même, Emissions Justice ne peut pas, à l’heure actuelle, intenter une action au nom des (anciens) propriétaires de voitures qui ont acheté leur voiture diesel auprès d’un concessionnaire non néerlandais. En ce qui concerne la décision WAMCA, deux procédures d’appel sont actuellement en cours dans le cadre d’actions collectives contre d’autres constructeurs automobiles, où une décision similaire a été prise concernant WAMCA. Ces procédures peuvent également être ou devenir influentes pour tenter de renverser la décision actuelle de la WAMCA (c’est-à-dire de ne pas appliquer la WAMCA) dans ces procédures également. Si cette tentative aboutit, Emissions Justice pourra toujours réclamer des dommages-intérêts (à nouveau) dans le cadre de la procédure engagée contre Mercedes. Même si l’ancienne loi sur les actions collectives continue de s’appliquer, Emissions Justice poursuivra ses efforts pour régler cette affaire pour ses membres collectivement, que ce soit ou non en essayant de parvenir à un règlement et de le faire déclarer généralement contraignant.

  • Le 9 novembre 2022, Mercedes et les concessionnaires automobiles ont chacun déposé des mémoires exposant leur point de vue sur la recevabilité du système Emissions Justice et sur le droit applicable.

  • Une audience s’est tenue le 24 mai 2023 sur la recevabilité d’Emissions Justice et le droit applicable. 

  • Le tribunal a rendu un jugement provisoire le 7 juin 2023 demandant aux fondations de produire des preuves de leur affiliation, accompagnées d’une déclaration d’auditeur et leur a ordonné de répondre à un certain nombre de questions. Le tribunal a également ordonné aux fondations de soumettre leurs LFA.
  • Les prévenus ont répondu à ces documents le 30 août 2023.
  • Par décision du 24 janvier 2024, le tribunal a jugé Emissions Justice recevable dans ses demandes et a ordonné à Car Claim de modifier sa LFA. Le tribunal a également décidé que Mercedes devrait répondre en temps utile à un certain nombre de questions posées par le tribunal. La décision peut être trouvée ici: anglaise néerlandaise.
  • Par décision du 17 avril 2024, le tribunal d’Amsterdam a également déclaré recevable la réclamation automobile de la fondation. En outre, le tribunal a ordonné à Mercedes de déposer sa défense le 10 juillet 2024 et de répondre à une série de questions concernant l’utilisation de dispositifs d’invalidation dans ses véhicules. Cette décision, consultable ici (anglaise, néerlandaise), oblige Mercedes à fournir des informations détaillées sur l’utilisation de ses dispositifs d’invalidation.
  • Par lettre du 3 mai, Mercedes s’est opposée à l’ordonnance. Emissions Justice a répondu, également au nom de la fondation Car Claim. La décision du tribunal est attendue sous peu.

Politique de confidentialité et notre usage de cookies

RefusezAcceptez